30-04-12

La prison de Forest: un rapport devra s’expliquer sur 'd’éventuels manquements'

MichaKat.klokkenluider.jpgLe Comité anti-torture du Conseil de l’Europe visite la prison de Forest

le 23 avril 2012

Le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, plus communément appelé "Comité de prévention de la torture" ou "Comité anti-torture" (CPT), chargé au sein du Conseil de l’Europe de contrôler le respect de la Convention européenne ’pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants’, vérifiera ce lundi 23 avril 2012 les conditions de détention à la prison de Forest et rédigera un rapport dans la foulée.

Le Comité anti-torture (CPT) du Conseil de l’Europe a entamé, ce lundi, une visite d’une semaine à la prison de Forest, pour y vérifier les conditions de détention et la surpopulation carcérale. C’est ce qu’on pouvait lire, lundi, dans le journal "Le Soir".

Le CPT vérifiera si les pratiques constatées à la prison de Forest sont comptatibles avec la Convention européenne des droits de l’homme, plus spécialement son article 3 qui interdit la torture et les peines et traitements inhumains ou dégradants, et avec la Convention européenne ’pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants’.

Il aura un accès illimité à l’établissement pénitentaire et rencontrera des acteurs extérieurs, notamment la section belge de l’Observatoire international des prisons. A l’issue de sa visite, le CPT rédigera un rapport adressé officiellement au gouvernement belge. Celui-ci devra s’expliquer sur d’éventuels manquements.

Depuis plusieurs semaines, diverses instances dénoncent la surpopulation qui règne à Forest et l’état de délabrement de la prison. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a même, tout récemment, ordonné que deux inculpés dont elle a maintenu les mandats d’arrêts soient transférés à Saint-Gilles, jugeant que les maintenir en détention préventive à Forest eût été leur faire risquer un traitement inhumain et dégradant.

W.G.

http://www.justice-en-ligne.be/article437.html

---------------------------------------------------------

Photo: Micha Kat, l'activiste néerlandais, rédacteur en chef du site Web Klokkenluideronline qui écrivait aussi autour l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort et qui, il y a quelques jours, a été arrêté et détenu en raison  des menaces présumées.
Il y a quelques semaines que les activistes de Klokkenluideronline participaient à l'action du Werkgroep Morkhoven avant la prison de Turnhout où Marcel Vervloesem, qui a equêté sur l'affaire Zandvoort, était enfermé en préventive et sans la moindre raison.
Les autorités belges étaient furieux par ce soutien néerlandaise et les autorités néerlandaises étaient inquiétés parce que l'affaire Zandvoort est fort liée à l'affaire des crèches d'Amsterdam.

Depuis 2 jours Marcel Vervloesem est hospitalisé dans le service des soins intensifs de l'hôpital St. Elisabeth à Turnhout.  L'activiste qui était déjà gravement malade, avait des problèmes cardiaques.
Les autorités veulent cacher l'hospitalisation de Marcel Vervloesem. C'est pour ce raison que la réception de l'hôpital dit aux nombreux visiteurs et les journalistes, 'qu'on ne connaît pas un patient nommé Marcel Vervloesem'.
Hier, Marcel Vervloesem a eu une forte fièvre à nouveau.  Il est attaché au lit d'hôpital avec des chaînes de fer et il y a 2 gardes.

Le Werkgroep Morkhoven portait plainte chez le Comité européèn contre la torture et les traitements inhumains et dégradants (CPT) qui, il y a quelques jours, visitait la prison de Forest et rédigera un rapport adressé officiellement au gouvernement belge. Celui-ci devra s’expliquer sur 'd’éventuels manquements'.

La prison de Turnhout  est tellement surpeuplée (elle es destiné à accueilir uniquement 120 au lieu de 210 prisonniers), qu'une partie des prisonniers doit dormir au matelas sur le sol.

La prison devrait effectivement être fermé pour des raisons de santé, pour viol de la Convention européenne des droits de l’homme, plus spécialement son article 3 qui interdit la torture et les peines et traitements inhumains ou dégradants, et pour viol de la Convention européenne ’pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants’.

En Belgique il y a actuellement plus de 11.000 prisonniers et le gouvernement belge a été même obligé d'expulser une partie de ses prisonniers à la prison de Tilburg en Hollande.

Le plan du ministre de la justice belge (Open VLD, libérales flamandes) qui parle du 'droit au travail', est d'attirer les grandes entreprises aux prisons. Ces entreprises peuvent bien utiliser des hommes privés de leurs droits qui ne coûteront rien. Et les entreprises ne payeront pas de frais de sécurité sociale.

---------

Conseil de l'Europe
Comité européèn contre la torture et les traitements inhumains et dégradants (CPT)
F-67075 Strasbourg Cedex France
Tél.: France: 03 88 41 39 39. De l'étranger: +33 3 88 41 39 39
Courriel: cptdoc@coe.int - Site Web: www.cpt.coe.in

De commentaren zijn gesloten.