18-07-11

Maghaberry prison / Minister Ford: 'they give the impression that they are being mistreated'

 

FordIndiaTimes.jpg'THEY GIVE THE IMPRESSION THAT THEY ARE BEING MISTREATED'
Friday, 7 May 2010 - 
Ford condemns dissident action at Maghaberry

Speaking of the incident that took place in Roe House at Maghaberry Prison he said: “This is the latest in a series of actions by a small number of prisoners, designed to form the impression that they are being mistreated. Just as their allies outside the prisons are trying to take Northern Ireland backwards by their campaign of violence, these prisoners are trying to take prisons backwards. They seem determined to create conditions which they will then complain about, but they will have no-one to blame but themselves.”

The police are now investigating and criminal charges may ensue against the prisoners involved.

Brendan Lillis, a 59 year old former Life-sentence political prisoner from West Belfast, in Ireland, is currently desperately ill in the medical wing of the notorious Maghaberry prison, in County Antrim. He suffers from the intensely painful and progressive disease called Ankylosing Spondylitis which due to other medical complications has left himunable to move from his bed for 14 months and his weight has dropped to a perilous 6 stones (38.1 Kilos !). Due to a series of serious infections and medication which has compromised his immune system, Mr Lillis has been unable to eat, sleep or hold down even liquids for a period close to a month and is constant agony. In short, his health has deteriorated to such an extent that his partner Roisin, who is his only contact with the outside world, fears that he will die in his prison bed!

Justice minister's secretary (02890763000): 'David Ford has no power to release Brendan, the British government has all the power to free him'.

During the latest months, there were 5 deaths in the Maghaberry prison of Northern Ireland.

---------

 

Friends of Brendan Lillis: https://www.facebook.com/groups/Friends.Of.Brendan.Lillis...

Sign the petition: www.petitionspot.com/petitions​/releaseBrendylilli

 

14-07-11

Northern Ireland: prisoners isolated, tortured and murdered

Prisoners.brendanlillis.free!.jpg

Brendan Lillis, a 59 year old former Life-sentence political prisoner from West Belfast, in Ireland, is currently desperately ill in the medical wing of the notorious Maghaberry prison, in County Antrim. He suffers from the intensely painful and progressive disease called Ankylosing Spondylitis which due to other medical complications has left himunable to move from his bed for 14 months and his weight has dropped to a perilous 6 stones (38.1 Kilos !). Due to a series of serious infections and medication which has compromised his immune system, Mr Lillis has been unable to eat, sleep or hold down even liquids for a period close to a month and is constant agony. In short, his health has deteriorated to such an extent that his partner Roisin, who is his only contact with the outside world, fears that he will die in his prison bed!

This is the last update posted, yesterday: the doctor was with him today and yesterday, hes on steroids again as he now has a very bad chest infection,and hes ate nothing for 6 days living on tea, temp up and blood pressure up.

Friends of Brendan Lillis: https://www.facebook.com/g​roups/Friends.Of.Brendan.L​ill...

12-07-11

Brendan Lillis dies: Open Letter to the British Prime Minister

Brussels, 12 July 2011

Prime Minister's Office

Dear Sir,

During years and years, I am working about human rights, so well on a national as international level.

I am very shocked by the violations of human rights and the many deaths and suicides in the prisons of Northern Ireland.

I refer to the case of Brendan Lillis in the Maghaberry prison of Northern Ireland where 5 men died during the last months.

Brendan Lillis is a very sick man. During several months, he is in bed. He cannot almost move or talk anymore. He can not eat or drink normally and risks every moment to die.

I wrote to Pauline McCabe, Prisoner Ombudsman for Northern Ireland, who answered me that she 'can not be helpfull' while her service investigates since 2005 all the deaths in prisons.

We contacted Justice Minister David Ford who seems not to be worried about the life of Brendan Lillis and the inhuman situations in prisons.

May I pray you to intervene in this tragical case ?

Yours faithfully,

Jan Boeykens

Werkgroep Morkhoven
-------
Contact the Prime Minister's Office
Communicate
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Photo: British Prime Minister, David Cameron

Friends of Brendan Lillis https://www.facebook.com/home.php?sk=group_182248348494841#!/home.php?sk =group_132734503459781

30-06-11

Human rights violations in Northern Ireland (3)

Brussels, 30.6.2011

Pauline McCabe, Prisoner Ombudsman for Northern Ireland

Dear Madam,

Concerns: the deaths in Maghaberry prison, Brendan Lillis actually dying in the Maghaberry prison

Thanks for your reply.

It is very strange that, while you are pretending to investigate the complaints from prisoners and the deaths in prison custody (from 1 September 2005 the remit of the Prisoner Ombudsman was even extended as required by the Secretary of State for Northern Ireland), you ‘can not comment and can not be helpful’ in the case of Brendan Lillis who is very sick and is dying now in the Maghaberry prison of Northern Ireland where there were 3 deaths during the past 3 months.

You say that these matters are for Minister for Justice Ford and the prison authorities.

Many people wrote to Minister Ford and the prison authorities but they didn’t receive an answer.

Have they to wait until they can go to the funeral of Brendan ?

Don’t forget that you are an prisoner ombudsman. So, it is your work to DO something for prisoners.

Remember also that if you do not help a sick prisoner who risks to die, you can be prosecuted as this prisoner dies.

Yours sincerely,

Jan Boeykens
President of Werkgroep Morkhoven
Belgium

Friends of Brendan Lillis
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_182248348494841#!/home.php?sk
=group_132734503459781

Photo: Pauline McCabe and her team

Human rights violations in Northern Ireland (2)

Pauline McCabe, Prisoner Ombudsman for Northern Ireland: ‘We investigate the complaints from prisoners and the deaths in prisons but we cannot be helpful’

PA/Prisoner. Ombudsman@prisonerombudsman.x.gsi.gov.uk
To: werkgroepmorkhoven@gmail.com
date: 28 juni 2011
Subject: RE: Prisoner Ombudsman Enquiry Form

Dear Jan

Thank you for your email in relation to Mr Brendan Lillis.

While we are aware of Mr Lillis’ situation, the Prisoner Ombudsman’s
remit extends to the investigation of complaints from prisoners and the investigation of deaths in prison custody.
We are not in a position, therefore, to comment on his continued detention. These matters are for the Minister for Justice and prison authorities.

I am sorry we cannot be more helpful.

Yours sincerely

Prisoner Ombudsman’s Office
22nd Floor, Windsor House
Bedford Street
Belfast BT2 7FT

Prisons in Northern Ireland: violation of human rights

Brussels, 29.6.2011

Pauline McCabe, Prisoner Ombudsman for Northern Ireland

Dear Madam,

I read that with effect from 1 September 2005 the remit of the Prisoner Ombudsman was extended as required by the Secretary of State for Northern Ireland to investigate deaths in Prison Service Custody.

There were now 3 deaths on 3 months, in the Maghaberry prison in Northern Ireland and Brendan Lillis who is very sick and lies during more than 450 days in bed, is dying in this prison.

He needs urgent help from you.

Jan Boeykens
Belgium
President of Werkgroep Morkhoven

Friends of Brendan Lillis
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_132734503459781

http://www.niprisonerombudsman.gov.uk/contact.html
——–
Your message has been sent!

http://www.niprisonerombudsman.gov.uk/contactthanks.php

 

09-04-11

Tortures en Belgique: détenus incarcérés à Bruges

30 novembre 2006: Lettre ouverte à Mme Laurette Onkelinx, Ministre de la Justice

Le mardi sept novembre, la Cour d’Appel de Gand a condamné sept membres du mouvement révolutionnaire turc DHKP-C à des peines allant de quatre à sept années d’emprisonnement. La notion d’«organisation terroriste» compte parmi les principaux motifs invoqués par la Cour pour justifier son verdict. La figure du terroriste semble appeler un régime d’exception. Sur le plan juridique tout d’abord, puisque cette condamnation repose sur des articles du Code pénal introduits par une loi de 2003 qui permettent notamment de condamner des personnes sur la base de leur appartenance à ce type de groupement et ce, le cas échéant, en l’absence de toute implication avérée dans la commission d’un acte délictueux ou criminel. Sur le plan judiciaire ensuite, puisque l’affaire a été instruite, non par le Parquet de Bruges, dont dépend le territoire sur lequel les infractions principales ont été commises, mais par le Parquet fédéral, au motif que celui-ci était spécialisé en matière de terrorisme. Le caractère exceptionnel du traitement des affaires « terroristes » ne se limite malheureusement pas à ces deux plans juridique et judiciaire. Les conditions d’incarcération des personnes condamnées pour des faits de terrorisme relèvent d’un régime lui aussi d’exception.

Les témoignages des détenus incarcérés à Bruges diffusés par le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association et corroborés par l’Observatoire International des Prisons, la Liga Voor Mensenrechten et la Ligue des Droits de l’Homme, suscitent les plus grandes inquiétudes. En effet, il apparaît notamment au travers de ceux-ci que les prisonniers sont isolés des autres détenus, qu’ils sont confinés vingt-trois heures sur vingt-quatre dans leur cellule, que durant leur unique heure de répit, ils sont seuls au préau, que les visites qui leur sont autorisées sont exclusivement celles de leurs avocats ou dans certains cas d’un cercle familial défini de manière très restrictive, et enfin, que certaines pratiques contribuent à organiser une privation de sommeil. Les lampes de leurs cellules restant allumées en permanence, il leur est quasiment impossible de dormir. La seule femme condamnée n’a pas de famille en Belgique et elle ne reçoit aucune visite, puisque seuls les membres de la famille nucléaire y sont autorisés. Elle n’a vu personne depuis le 28 février mis à part ses avocats. La condamnation à une peine d’emprisonnement pour des faits qualifiés de « terroristes » semble impliquer dans les faits un second niveau de sanction. Les conditions de détention particulièrement dures créent une forme de double peine paralégale, exposant ainsi les individus à l’arbitraire de l’administration pénitentiaire ou de l’autorité politique dont elle dépend.

Sauf à verser dans une logique de l’expiation par la souffrance, rien ne permet de justifier pareil traitement. Aucun impératif de sécurité ne semble recommander la permanence de l’éclairage ou de l’isolement total d’un détenu. Quand bien même un tel état de nécessité existerait, ces pratiques ne seraient pas acceptables pour autant. Comme le constatent les organisations susmentionnées, « le manque de sommeil et l’isolement ont des conséquences désastreuses sur l’état mental et physique des individus » et « ces méthodes sont contraires aux libertés et droits fondamentaux ». Que ce soit sciemment ou par négligence, soumettre un individu à pareil traitement revient à l’exposer à de graves séquelles. Tolérer que l’on inflige à une personne un traitement générant d’aussi lourdes souffrances s’apparente à l’acceptation, sinon d’une forme de torture, du moins de traitements inhumains ou dégradants. Or, l’article 3 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales l’exprime sans ambages : « Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants ». La jurisprudence de la Cour europénne des Droits de l’Homme a donné chair à ce principe général en rappelant que « L’article 3 de la convention impose à l’Etat de s’assurer que tout prisonnier est détenu dans des conditions qui sont compatibles avec le respect de sa dignité humaine, que les modalités d’exécution de la mesure ne soumettent pas l’intéressé à une détresse ou à une épreuve d’une intensité qui excède le niveau inévitable de souffrance inhérent à sa détention et que, eu égard aux exigences pratiques de l’emprisonnement, la santé et le bien-être du prisonnier sont assurés de manière adéquate » (Arrêt Valasinas c. Lituanie du 24 juillet 2001). La Cour européenne des droits de l’Homme a en outre estimé qu’un isolement social pouvait dans certaines circonstances constituer une violation de l’article 3 de la Convention (arrêt Van der ven c. Pays-bas du 4 février 2003). De plus, dans une autre affaire (arrêt Kalachnikov c. Russie du 15 juillet 2002), elle a jugé que « les conditions de sommeil étaient encore aggravées par la lumière constamment allumée dans la cellule, ainsi que par les va-et-vient et bruits générés par le grand nombre d’occupants. La privation de sommeil qui en est résultée doit avoir constitué un lourd fardeau physique et psychologique pour l’intéressé ». Enfin, les normes adoptées par le Comité du Conseil de l’Europe pour la prévention de la torture (CPT) relèvent d’une part qu’un régime d’isolement permanent peut s’assimiler à un traitement inhumain et dégradant, d’autre part que tout détenu a droit à un nombre d’heures minimales de sommeil (1).

En d’autres lieux, d’aucuns ont jugé que l’on pouvait soustraire les « terroristes » à l’interdit de la torture ou des traitements inhumains et dégradants et que ceux-ci pouvaient légitimement être privés de tout droit. L’histoire abonde d’exemples de régimes dictatoriaux ayant eu recours à des prisons secrètes. Plus près de nous dans le temps, les geôles de Guantanamo ou d’Abou Ghraib ont créé des zones de non-droit exposant les détenus au déchaînement de l’arbitraire. Fort heureusement, nous n’en sommes pas là en Belgique. Néanmoins, la mise en œuvre d’un régime d’incarcération d’exception, et ce, alors qu’aucune loi ne définit ce régime, nous paraît introduire une part importante d’arbitraire au sein du système judiciaire de notre pays. Notre démocratie se prévaut d’être un Etat de droit dans lequel la loi protège les individus contre les abus du pouvoir. C’est pourquoi nous vous demandons, Madame la Ministre, de garantir à ces personnes des conditions d’incarcération qui n’outrepassent pas ce que la loi prévoit et qui sont conformes aux engagements internationaux de la Belgique en matière de sauvegarde des Droits et Libertés.

Benjamin Denis (Politologue FUSL)

Plus de deux cents personnes ont déjà adhéré, en quelques jours, à cette lettre ouverte. Vous pouvez le faire aussi en envoyant un email à Madame Nadine Rosa-Rosso

http://www.leclea.be/pages/lettre-ouverte-onkelinx.html

02-04-11

La torture dans les prisons: Lettre Ouverte au Ministre De Clerck

Bruxelles, le 1 avril 2011

Ministre de la Justice Stefaan De Clerck, Waterloolaan 115, 1000 Bruxelles

Cher Monsieur De Clerck,

Objet: Arbi Zarmaaev, mes lettres du 26 et 28.3.2011

Comme je vous ai écrit, nous savons que Monsieur Arbi Zarmaev est soumis actuellement dans la prison de Bruges, comme cela était déjà le cas précédemment dans la prison de Hasselt, à un traitement qu’on ne peut autrement qualifier que de torture, par suite de quoi il se trouve dans un tel état alarmant, que sa famille a adressé un appel urgent à notre association pour agir.

Monsieur Zarmaev ne pèse plus que 50 kilos et souffre d’une insufficance rénale et d’autres problèmes graves de santé qui sont la suite d’une longue privation d’eau et de sommeil. Tout cela a été traîté par la direction de la prison de Bruges comme étant 'des simulacres’, tandis que la vérité est, comme je vous avais déjà écrit avant comptant sur le fait que vous m’entendriez, que Monsieur Zarmaev a besoin de soins médicaux urgents.

La famille de Monsieur Zarmaev ignore si actuellement il y a un médecin qui est chargé de le soigner. La famille a sollicité l’intervention d’un médecin indépendant de la prison, mais elle a l’impression que la direction vise à refuser l’accès à la prison de ce medecin, sous prétexte que Monsieur Zarmaev «est fou à lier et qu’il refuse tout contact avec le monde hors de la prison».

Le docteur Proot, médecin-chef de la prison de Bruges, ne semble pas prendre la situation bien au sérieux. On peut même se demander s’il existe un dossier médical sur Monsieur Zarmaev et, au cas où ce dossier existe réellement, si l’information qu’il contient est bien correct. En effet, nous-mêmes avons pu constater dans le passé que l’on traffiquait le dossier médical d’un détenu gravement malade, et qu’on avait même supprimé des pièces de son dossier. Nous vous enverrons une copie en attaché à cette lettre de la lettre que nous vous avions adressée sur ce sujet et dont vous n’aviez apparemment pas cru prendre notion.

Actuellement sa famille est sans nouvelles de Monsieur Zarmaev. On refuse tout contact entre Monsieur Zarmaev et sa famille en faisant savoir que Monsieur Zarmaev est 'completement fou’ et 'ne sait plus ce qu’il dit’. La famille a aussi été renseignée du fait qu’Arbi 'refuse tout contact avec le monde hors de la prison’, tandis que sa soeur et son frère lui ont rendu visite il y a à peine deux jours, pendant laquelle visite ils lui ont parlé et constaté que, malgré ses problèmes de santé très graves suite à la longue période qu’on l’a privé d’eau et de sommeil, son état mental était parfaitement sain.

Il est clair que l’on a donc suspendu le droit que Monsieur Zarmaev a de recevoir des visites, bien que dans son rapport, dressé et signé par lui le 19.03.2011, le directeur-attaché de la prison de Bruges, Monsieur L. Decaesstecker, note de manière absolument sans équivoque, que Monsieur Zarmaev, après son enfermement dans la cellule d'isolement, garde le droit de participer aux activités offertes par la prison dans le domaine du culte religieux, de l'éducation et des loisirs, ainsi que dans celui du travail, et qu'il garde le droit d'avoir des contact avec le monde extérieur par lettre, visites et téléphone (y compris avec les autorités diplomatiques ou consulaires).

Vous me permettrez, j'espère, de refaire de nouveau un appel à vous pourque vous voudriez intervenir dans cette affaire.

En attendant votre réponse, je vous prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens 10 Rue Faider, 1060 Bruxelles

 

PS. Un copie de cette lettre vous sera également envoyée en recommandée, vu que vous êtes personellement impliqué dans cette affaire (étant donné que vous avez accordé l’extradition de Monsieur Zarmaev à la Russie et aux autorités tchetchènes) et que nous souhaitons empêcher que vous puissiez vous en tirer par une excuse au cas où Monsieur Zarmaev viendrait à décéder."

03-04-10

France: manifestation anti-carcérale - arrestations arbitraires

La manifestation anti-carcérale se transforme en garde à vue !

Hoge.Pompei

Communiqué de Sud-étudiant

Cet aprés-midi, lors d’une manifestation anticarcérale, la police a procédé à plus d’une centaine d’arrestations complètement arbitraires. Encore une fois, la réaction des autorités quant aux revendications exprimées longuement par une grande partie du mouvement social contre la politique carcérale française est la répression.

Cela vient justifier les raisons de la manifestation qui à eu lieu aujourd’hui devant la prison de la Santé contre la répression féroce du mouvement social, contre l’usage systématique de la garde à vue et de la violence policière, mais surtout contre un système injuste qui incarcère à tors et à travers toute personne qui gène“l’ordre public”. Après la manifestation, un concert eu lieu devant 150 personnes pour dénoncer l’état des prisons en France. Alors qu’aucune violence significative n’est à signifier de notre côté, les policiers arrêté plusieurs centaines de personnes qui écoutaient le concert en plein air.

Parmi eux-elles, au minimum deux militantes de SUD Etudiant se trouve en ce moment même dans les commissariats de Ledru-Rollin ou de la Goutte d’Or. Nous savons également que le chanteur du groupe de Rap la K-bine à été arrêté également. Nous ne connaissons pas l’identité des autres personnes interpellées.

Mais nous savons seulement que cette opération policière est proprement scandaleuse. Nous demandons immédiatement la libération inconditionnelle de nos camarades, ainsi que celle de toutes les personne arrêtées avec elles !

Nous appelons en ce moment-même à un rassemblement devant le commissariat de Ledru- Rollin dans le 12e arrondissement !

Un rassemblemant de soutien et de protestation est appelé le lundi 29 mars à 17 heures, métro Riquet, 18ème, à proximité du commissariat.

le 28 mars

http://www.millebabords.org/spip.php?article13799